Communiqué

Une battue administrative s’est déroulée le lundi 20 novembre et a abouti à tuer 52 sangliers dans les fours à chaux de Sorcy Saint Martin. Il s’agissait de la deuxième intervention sur ce site cette année.

Quel déchainement depuis par mail, mais surtout sur les réseaux sociaux, avec un nombre incalculable d’inexactitudes, d’erreurs, mais plus grave, de mises en cause fausses et injustes. Il est vrai qu’il est facile de se défouler depuis un écran !

Depuis 5 ans, mais surtout depuis 3 ans en commission départementale, la FDC55 dénonce cette zone non chassée avec des dégâts autour, payés par les chasseurs. La réglementation interdit l’accès à des personnes extérieures à pénétrer sur le site industriel, sauf dérogation administrative toujours refusée à ce jour. Les chasseurs locaux le savent, mais auraient voulu « chasser » eux-mêmes, c’est interdit. Par contre, la FDC55 avait demandé que lors de la première battue autorisée par madame la Préfète, les chasseurs locaux soient associés en périphérie, ce qui fut fait. Il faut alors indiquer que les commentaires désobligeants d’un Président d ‘ACCA locale à la fin du rond du soir, a changé les conditions de la battue suivante, prises par l’administration, avec le résultat de battue que l’on sait aujourd’hui. Et il continue à mettre de l’huile sur le feu …

Que doit-on penser d’une présence de 200 sangliers dans une cinquantaine d’hectares ? les chasseurs et la FDC55 paient les dégâts : ça ne va pas ! des sangliers sont tués dans les fours à chaux : ça ne va pas !

Le tableau parait effectivement très important, mais qu’est ce qui parait aujourd’hui techniquement normal sur ce site ?

Pour répondre à quelques âneries des réseaux sociaux : non, les louvetiers ne sont pas des personnels de la FDC55, mais des fonctionnaires bénévoles dépendant directement de Madame la Préfète. Le service technique n’est pas payé pour aller à la chasse en semaine, sinon il prend des congés. Non, la venaison ne va pas dans les poches de laFDC55 et plein d’autres. ET surtout, les commentaires impolis de certains jeunes chasseurs desservent complétement notre filière, d’autant plus quand ils sont faux, cela s’appelle « se tirer une balle dans le pied » ! L’affaiblissement de notre corporation par ces agissements stupides ne pourront qu’aboutir à un durcissement des règles qui encadrent notre passion. Nous pourrons alors dans notre grande majorité, nous retourner vers ces ânes, qui colportent et débattent avec autant d’idioties ! Pour parler juste, il faut au moins connaitre le sujet sur lequel on débat, plutôt que de se fier à radio-zinc ou à facebook …

Le Président

Michel THOMAS