Flash info 55 – PREPARATION DE LA SAISON DE CHASSE 2020/2021 : La FDC Meuse à l’ouvrage dans un contexte sanitaire et administratif hostile !

Madame, Messieurs, les adhérents de la FDC55,

Tout d’abord, je souhaite vous adresser toute ma sympathie dans cette période compliquée, tant dans vos vies professionnelles que personnelles.

La Fédération des chasseurs de la Meuse, représentée par vos élus et son personnel, n’a pas cessé de travailler pendant toute la période de confinement, afin de permettre, dès qu’il sera possible, de pratiquer notre activité de chasse, à commencer par la chasse individuelle d’été.

Cette année de réforme est un chantier important pour les Fédérations des chasseurs et la Meuse n’échappe pas à la règle.

Deux missions de services publiques sont transférées à la Fédération des chasseurs : la gestion des ACCA et des plans de chasse individuels.

Les présidents d’ACCA ont été informés des évolutions et seront prêts à les mettre en œuvre : nouveaux statuts, nouveaux règlements et renouvellement en totalité des conseils d’administration.

La fédération devient l’interlocutrice de gestion des Acca, seule la tutelle reste de la compétence préfectorale. La gestion des plans de chasse est également réformée. A la suite d’un « arrêté cadre » fixant les minimums et maximums d’attributions par espèces, établi par le Préfet, la Fédération est chargée de la répartition par détenteurs de plan de chasse et de la notification de ces décisions individuelles.

Je reviendrai un peu plus loin sur cette mise en place.

Les services ont, comme d’habitude et malgré la situation, traités vos demandes ainsi que toutes vos modifications de territoires.

Aujourd’hui, tout est mis en œuvre pour assurer une saison de chasse sans retard, la mise en place du guichet unique est en cours pour la validation de vos permis de chasser et nous sommes, comme vous, dans l’attente de mesures gouvernementales pour faire face à la gestion de la crise sanitaire.

Le service dégâts de gibier a fonctionné normalement permettant de traiter tous les dossiers en temps et heure. Nous avons obtenu rapidement, avec l’aide des services de l’administration, les dérogations nécessaires pour permettre la continuité de l’agrainage réglementaire en période de sensibilité des cultures ainsi que la possibilité de mise en place des opérations de protection des cultures.

Je vous informe que les locaux de la fédération resteront fermés au public jusqu’ au 25 mai 2020.

Vous comprendrez que nous privilégierons, dans un premier temps, au moins pour le tir d’été, l’envoi des bracelets par voie postale. Les frais de port resteront inchangés soit 9 € par tranche de 50 bracelets et ce, quel que soit votre situation géographique.

Comme déjà évoqué, la situation est inédite et nous n’avons pu, et je le déplore, réunir, ni nos réunions de secteur, ni notre Assemblée Générale. Ces instances sont pourtant essentielles dans notre vie cynégétique. Elles permettent, d’une part, de débattre des situations actuelles, de vous informer des évolutions réglementaires, nombreuses cette année, et d’autre part, de prendre toutes les décisions indispensables au démarrage de la future saison de chasse.

Ces moments de rencontres sont pourtant indispensables, surtout pour clôturer une saison où nous avons subi une facture sans précédent d’indemnisation de dégâts de gibier qui, je le rappelle, est de à 3 150 000 €.

La Fédération Nationale des chasseurs travaille étroitement avec les différents ministères afin d’obtenir dans la loi, et à caractère exceptionnel, de donner la possibilité aux conseils d’administration des fédérations départementale de prendre les décisions urgentes et obligatoires pour la mise en place de la campagne de chasse en lieu et place de l’assemblée générale.

Nous attendons ces textes qui devraient maintenant arriver rapidement.

Nous avons donc toutes les raisons de penser que la date d’ouverture de la chasse d’été devrait pouvoir être fixée au 1er juin 2020.

Un dernier point réglementaire afin de raccourcir le délai d’application de l’arrêté préfectoral est attendu, mais nous pouvons espérer le respect de l’échéance au 1er juin ou au 13 juin au plus tard.

En préambule de ce courrier, j’ai abordé la prise d’un arrêté cadre fixant les minimums et maximums des attributions de plan de chasse pour la saison 2020/2021.

Cet arrêté actuellement en consultation du public a été pris par le Préfet de la Meuse après avoir consulté les différentes instances départementales y compris la fédération des chasseurs.

La Fédération s’est prononcée sur une première version soumise par l’administration déjà partiellement inadaptée selon notre interprétation. Les différents membres de la CDCFS se sont également prononcés et notamment un regroupement FDSEA, Chambre d’agriculture, représentants des forestiers privés, ONF et association des communes forestières amenant le préfet à revoir à la hausse sa proposition pourtant déjà élevée.

Vous pourrez sur le lien ci-suivant http://www.meuse.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement/Participation-du-Public/participation-du-public-sur-des-projets-d-arretes-concernant-la-chasse-en-Meuse , consulter la proposition d’attribution par massif cynégétique.

Une fois celle-ci validée par un arrêté préfectoral, elle sera opposable aux détenteurs de plan de chasse.

Des incohérences que je vous laisse découvrir, me laissent perplexe quant à la possibilité dans certains massifs, de réaliser les minimas obligatoires et ce, pour toutes les espèces de grand gibier.

L’attribution de sangliers devant être comprise entre 25 124 et plus de 48 000 reparties par massif, attribution de cerfs comprise entre 1 523 et 1 954 avec surtout des attributions de biches oscillants entre 30% et 50% de l’attribution minimum, y compris dans des massifs où la réalisation a déjà été difficile les saisons précédentes.

Je ne peux que vous encourager à apporter votre contribution à cette consultation du public. Vous avez jusqu’ au 20 mai pour le faire, espérant que l’administration revoit alors, ces minimas.

Une fois l’arrêté signé, la fédération devra le respecter et fixer les attributions individuelles toutes espèces confondues en respectant les fourchettes imposées.

La situation des dégâts est incomparable à la saison dernière, l’impact sur les semis d’automne 2019 de céréales et colza enregistre une baisse de près de 40% du nombre de dossiers.

En revanche les dégâts sur semis de maïs et pois, en cours actuellement, semblent nettement supérieurs à l’année passée et ce, malgré les efforts de prévention très importants que vous avez réalisés. La situation dans les cultures en lait et à la récolte sera déterminante et je ne peux que vous encourager à effectuer des tirs d’été et d’anticiper un maximum vos battues dans les maïs et les bordures de bois afin d’insécuriser la plaine et d’ainsi limiter la pression sur les cultures.

Un dernier point concernant la situation de l’épidémie de peste porcine africaine en Belgique nous permet de dire que nous sommes sur la bonne voie, les cas positifs en Belgique sont de plus en plus rares et souvent sont trouvés sur des cadavres anciens. Toutefois, la population en Belgique dans les zones d’observation et ou de vigilances semble encore trop importante.

Je ne peux qu’une nouvelle fois remercier les chasseurs de la Zone Blanche et de la Zone d’observation meusienne pour le sacrifice qu’ils ont réalisés et qui les impactera encore longtemps, pour la sauvegarde de la filière porcine et pour la sauvegarde de l’activité cynégétique, nous devons tous leurs être reconnaissants.

Conscient que nous devons réaliser ensemble encore beaucoup d’efforts afin de retrouver une situation plus apaisée tout en conservant une chasse de qualité dans le département,

Conscient que la situation sanitaire actuelle impacte beaucoup d’entre nous et ne nous facilite pas la tâche.

Nous devons être solidaire pour maintenir un département de chasse exemplaire et je vous souhaite pour vous et vos proches une reprise d’activité la plus sereine possible 

En Saint Hubert

Michel THOMAS