MALADIE D’AUJESZKY : LA FEDERATION DES CHASSEURS DE LA MEUSE COMMUNIQUE

LA MALADIE D’AUJESZKY

Depuis plusieurs années des cas sont systématiquement recensés dans le département de la Meuse, ainsi que dans les départements voisins. A ce titre, nous tenons à vous apporter quelques précisions sur cette maladie et sur la possibilité, nouvelle, de vaccination de vos chiens.

C’est en 1902, qu’Aladar Aujeszky, un vétérinaire hongrois isole le virus chez un chien, un bœuf et un chat et montre qu’il cause la même maladie chez le porc et le lapin.

Le vétérinaire laissera son nom au virus.

La maladie d’Aujeszky est appelée «pseudo-rage» par les anglophones («pseudorabies») en raison de symptômes évoquant parfois ceux de la rage. C’est une maladie virale due à un virus de type herpes (Suid herpesvirus 1, SuHV-1). Elle est endémique dans la plupart des régions du monde, mais n’est pas transmissible à l’homme. Les hôtes naturels du SuHV-1 sont le porc domestique et le sanglier, tous deux supportent une infection latente à vie. Cette herpèsvirose très courante dans le monde est presque toujours mortelle et sans traitement disponible à ce jour (autre que vaccinal et préventif). Elle touche accidentellement les carnivores et les ruminants, ces derniers sont des culs-de-sac épidémiologiques et ne peut être transmise à d’autres animaux.

EPIDEMIOLOGIE ET SYMPTOMES

Le virus est présent dans le sperme, la salive et les secrétions nasales et conjonctivales des porcs ou sangliers infectés ; il serait principalement diffusé par les contacts de museau à museau, le léchage, les contacts génitaux. D’autres formes de transmission sont possibles : aérosols (gouttelettes nasales) ou objets contaminés.

Une fois infectés, les sangliers restent porteurs du virus toute leur vie durant et peuvent le ré-excréter à tout moment, et ainsi propager la maladie. On parle alors «d’hôte réservoir». Chez le chien, l’incubation dure 2 à 6 jours. Au cours de cette période, le virus se multiplie et se propage rapidement par les nerfs crâniens vers l’encéphale. L’atteinte du système nerveux se traduit par un ensemble de signes cliniques évocateurs d’une pathologie nerveuse centrale. Les symptômes varient mais ils précèdent presque toujours la mort de 12 à 24 heures et ce sont : jetage nasal, démangeaisons, trouble de la coordination, convulsions…

TRAITEMENT ET PREVENTION

Il n’existe pas de traitement chez le chien. C’est pourquoi il faut privilégier au maximum la prévention. Cette dernière consiste à éviter la contamination des chiens par les sangliers. Les chiens ne doivent pas lécher les plaies de sangliers ni manger les viscères ni les déchets de vénerie.

Il y a une possibilité d’envisager une vaccination des chiens de chasse (avec vaccin inactivé uniquement !)

Il existe un vaccin espagnol inactivé AUSKIPRA BK https://www.hipra.com/portal/fr/hipra/animalhealth/products/detail/auskipra-bk (pas de vaccin français)

Des recherches ont été faites en Belgique depuis plusieurs années. Seul un vaccin inactivé peut être utilisé chez le chien. Aucune réaction générale (hypersensibilité ou choc anaphylactique) n’a été relevée après cette vaccination chez les chiens mais elles sont cependant décrites dans les effets secondaires possibles chez le porc. Comme avec tout vaccin, il peut y avoir certains effets secondaires, ceux qui ont été observés consistent en des réactions locales (au point d’injection) uniquement (gonflement et œdème). Elles ne sont pas systématiques, mais sont plus fréquentes et de taille plus importante qu’avec un vaccin classique.

PROTOCOLE DE VACCINATION

Seuls les chiens en bon état de santé peuvent être vaccinés.

Après recueil du consentement éclairé du fait de l’absence d’AMM (autorisation de mise sur le marché) pour le chien, et examen clinique :

            – 1 ml par voie sous-cutanée stricte ;

            – primo-vaccination : 2 injections à 3 semaines d’intervalle

            – rappel conseillé tous les 6 mois si possible avant la période à risque.

David REVEILLE.

L’importation du vaccin étant depuis peu possible, si vous souhaitez vacciner vos chiens, veuillez contacter votre vétérinaire traitant afin qu’il puisse entrer dans cette démarche de prévention, s’il le souhaite, ou votre interlocuteur à la FDC 55.