VANDALISMES ET DEGRADATION « ANTI-CHASSE »

Depuis quelques mois, se développent dans le département de la Meuse des dégradations et des actes clairement revendiqués « anti-chasse ».

Ce nouveau « jeu », de plus en plus important en France, nous avait épargné. Or, un individu ou un petit groupe d’individus semblent prendre plaisir à s’attaquer à la chasse meusienne.

Je tenais à vous informer que la Fédération Départementale des Chasseurs de la Meuse travaille de concert avec les services de renseignements de la Police Nationale et de la Gendarmerie, afin de mettre tout en œuvre pour enrayer ce fléau.

Je vous demande toutefois, de respecter quelques règles face à de tels agissements.

La première est d’éviter toutes publicités, notamment sur les réseaux sociaux, risquant d’alimenter leur besoin de notoriété. En revanche, toutes les informations dont vous disposez peuvent servir à les appréhender rapidement. Il est important de communiquer à la FDC Meuse ou aux services de Police et de Gendarmerie, tous les renseignements qui vous semblent utiles de transmettre.

Dans un deuxième temps, il est impératif de garder le contrôle en évitant tout acte irréfléchi ou de vengeance, mais il est nécessaire de relever systématiquement les immatriculations et les caractéristiques des véhicules impliqués ou pouvant être impliqués. Dans la mesure du possible essayer de relever les caractéristiques des personnes, de façon à pouvoir les décrire et à en faire un portrait-robot, si cela s’avérait nécessaire.

Il est également important que toutes les victimes de dégradations revendiquées ou à connotation « anti-chasse », effectuent un signalement et/ou un dépôt de plainte à la Gendarmerie.

La Fédération des Chasseurs de la Meuse est solidaire des victimes déjà recensées, et va déposer plainte, en son nom, auprès du procureur du Tribunal de Bar le Duc.

Michel THOMAS